Enjeu

Droits du travail

L’Équité pour les étudiantes et étudiants signifie un salaire égal pour un travail égal, sans égard à l’âge, au genre, à la race, aux compétences apparentes ou au secteur d’emploi.

  • 11%
    Des employées et employés de l’Ontario ne recevront pas l’augmentation du salaire minimum à 15 $ avant 2019
  • 9
    En 1991, une étudiante ou un étudiant en Ontario pouvait travailler neuf semaines au salaire minimum pour payer le coût moyen de ses frais de scolarité
  • 21
    De nos jours, une étudiante ou un étudiant en Ontario doit travailler 21 semaines à plein temps pour payer ses frais de scolarité

Le problème

Il est difficile de trouver dans la province un emploi décent, bien rémunéré et comportant des protections pour les travailleuses et les travailleurs. Il est rare pour des étudiantes et étudiants qui travaillent de trouver un emploi, et un employeur accommodant et flexible.

Les étudiantes et étudiants de toutes les régions de la province dépendent du travail à temps partiel, saisonnier et, parfois, à plein temps pour aider à compenser le coût de leur éducation. Depuis trop longtemps, les étudiantes et étudiants vivent des situations précaires au travail, attribuables aux failles de longue date dans la Loi sur les normes de travail (LNE) en matière d’établissement d’horaires de travail équitables.

  • À l’heure actuelle, la LNE ne comporte aucune disposition obligeant les employeurs à annoncer les horaires de travail à l’avance.
  • Les employeurs s'attendent à ce que leurs employées et employés occasionnels et à temps partiel soient disponibles en tout temps, mais ne leur donnent souvent qu'un horaire de deux ou trois jours.
  • Nombre de travailleuses et de travailleurs, incluant des étudiantes et étudiants, reçoivent leur horaire de travail à la dernière minute et à différents moments chaque semaine.
  • Les travailleuses et travailleurs peuvent aussi être mis « en disponibilité », étant entendu qu’ils seront disponibles pour travailler à tout moment.
  • Un grand nombre d’étudiantes et d’étudiants sont punis par leur employeur parce qu’ils ne sont pas assez disponibles pendant les périodes d’examens, et ils n’ont pas grand-chose à dire en matière d’établissement de leurs horaires de travail.

À l’heure actuelle, l’Ontario est aussi la seule province ayant un salaire inférieur au salaire minimum pour les étudiantes et étudiants âgés de moins de 18 ans et pour les serveuses et serveurs.

  • Le salaire inférieur au salaire minimum qui est versé aux serveuses et serveurs ne tient pas compte du fait que le travail dans le secteur des services est de nature précaire (par ex., quarts de travail non garantis, aucun droit à des congés de maladie ou à des congés annuels), les pourboires sont variables et les revenus des serveuses et serveurs varient au gré des saisons.
  • Les étudiantes et étudiants âgés de moins de 18 ans sont moins bien rémunérés pour le même travail que leurs pairs âgés de 19 ans et plus.
  • La dévaluation du travail des jeunes crée une pression à la baisse plus généralisée sur les salaires des jeunes travailleuses et travailleurs ainsi que des personnes qui font leur entrée sur le marché du travail.

La population étudiante réagit

Les étudiantes, étudiants, travailleuses et travailleurs œuvrent ensemble depuis longtemps à la protection des droits des travailleuses et travailleurs. Cette solidarité a mené à la victoire récente en 2017 d’un nouveau salaire minimum de 15 $.

Malheureusement, le travail n’est pas terminé, car toutes les personnes ne bénéficieront pas de l’augmentation du salaire minimum à 15 $. En effet, certains types de travailleuses et travailleurs sont assujettis à des salaires inférieurs au salaire minimum.

 

La solution

Il est temps de pousser le gouvernement à mettre fin à la dévaluation du travail de la population étudiante. Participez à ces efforts en exigeant de vos partis politiques qu’ils :

  • Soutiennent l’élimination d’un salaire inférieur au salaire minimum.
  • Mettent en œuvre des dispositions dans la Loi sur les normes d’emploi qui requièrent un horaire fixe.
  • Imposent à tous les employeurs en Ontario l’augmentation du salaire minimum à 15 $.

Téléchargez le dépliant sur les droits du travail

Impliquez-vous Apprenez à connaître nos partenaires